top of page

        Né en 1989, j'ai eu différentes expériences professionnelles : croupier en casino, projectionniste de cinéma, tailleur de pierre, porteur funéraire, ouvrier naval. J’ai commencé à travailler l'argile en autodidacte, à la suite de crises.


Les crises de spasmophilie sont arrivées par le bout des doigts, puis mon corps est tombé. Les crises se sont répétées, et mon rapport au monde a changé.
Est apparue la question de la présence (du corps, de la figure) dans un espace, une architecture. Question qui est celle que pose la sculpture.
Est apparue aussi la question d’un corps en rupture, sur laquelle l’abstraction picturale prend appui.


La figure humaine m'écrase du poids de toutes les présences qu'elle incarne, présences qui ne cessent de questionner la mienne, intangible.
Elle m'écrase du poids primitif - la vie, la mort, le Temps -, contenu dans un présent fuyant, condamné, impermanent.


Modeler l'argile, cet argile dont nous sommes tous faits, pour réincarner ces présences-ruines et arrêter, un instant, leurs chutes.
Modeler l’argile des mains par lesquelles les crises sont apparues, peindre l’incompréhension, pour réinvestir le monde à travers l’empreinte du geste sur l’espace, tenter d'exister, sinon rester vivant.

Capture d’écran 2023-01-13 à 16.31.16.png
© Copyright Samy Chaverou
bottom of page